Intégrer la sécurité des applications web dans la démarche de développement

Conseil et stratégie

L’adoption du numérique ne fait qu’augmenter dans le monde d’aujourd’hui. Il s’accompagne de défis de la protection des données financières et personnelles contre les acteurs potentiels de la menace. L’inclusion des meilleures pratiques de sécurité des applications web lors du développement d’applications peut corriger certaines de ces failles. Ce qui permet de garantir que les applications respectent les normes de sécurité et sont exemptes de vulnérabilités. On vous dit plus dans l’article !

Merwan El Attar

Édité le 23 juin 2021

Pourquoi s’inquiéter de la sécurité ?

Une disponibilité partout et pour tous

Tout d’abord, il est important de noter les ramifications des attaques. Les motivations des attaquants peuvent aller de l’avantage économique au vol de données d’utilisateurs. De telles attaques peuvent entraîner la perte de données précieuses des clients et des utilisateurs finaux, ainsi que des pertes financières, des interruptions de services web, des dommages à l’entreprise ou un coup de pouce pour les concurrents.

D’ailleurs, pour de nombreuses entreprises, 2020 consistait à passer au travail à distance dans des systèmes d’entreprise basés sur le cloud, et les équipes de sécurité des applications ont dû s’adapter à un changement d’usage et à un nombre croissant de défis.

Les attaques contre les applications web sont très courantes et de plus en plus fréquentes. Selon le Verizon Data Breach Investigations Report 2019, les attaques d’applications web étaient le type d’attaque numéro un. Les données de Forrester Research fournissent plus de détails, constatant que 39 % de toutes les attaques ont été conçues pour exploiter les vulnérabilités des applications web.

Par rapport à d’autres actifs informatiques, les applications web sont particulièrement vulnérables aux attaques, car elles sont exposées à Internet. De nombreux vecteurs d’attaque contre les applications web se concentrent sur la manipulation des entrées utilisateur via des formulaires web et des entrées machine via des API.

Les cyberattaques

Les vulnérabilités des applications web sont dues à des faiblesses de sécurité qui permettent aux acteurs malveillants de manipuler le code source, d’obtenir un accès non autorisé, de voler des données ou d’interférer de quelque manière que ce soit avec le fonctionnement normal de l’application.

Le document OWASP Top 10 répertorie les risques de sécurité les plus critiques pour les applications web. On a mis des exemples de quelques vecteurs d’attaque connus :

  • Injection SQL
  • Cross-Site Scripting (XSS)
  • Inclusion de fichiers à distance (RFI)
  • Cross-Site Request Forgery (CSRF)

L’assainissement des entrées et des sorties des applications, et l’adoption de pratiques de codage sécurisées peuvent protéger les applications contre la plupart des vulnérabilités. Mais ce n’est pas sufisant. Les applications web sont en développement constant et des tests de sécurité doivent être intégrés à chaque étape du cycle de développement, afin d’identifier et de corriger le code vulnérable dès le début.

De plus, la plupart des applications web utilisent des composants open source tiers, qui peuvent eux-mêmes être vulnérables et doivent être analysés en permanence.

Comment préparer la sécurité des applications web ?

Une bonne sécurité des applications web commence lorsque l’application est en cours de développement. Les tests de sécurité des applications peuvent être utilisés pour indiquer aux développeurs quand ils ont introduit des vulnérabilités dans l’application qu’ils créent. Une fois l’application déployée, divers types de contrôles de sécurité, y compris le pare-feu d’application web commun, sont conçus pour défendre l’application contre les attaques en direct.

La sécurité des applications, le processus de recherche et de correction des vulnérabilités dans les logiciels, est une partie vitale de tout cycle de développement. Cela nécessite une approche proactive au cours de chaque cycle de création et de déploiement, dépendant souvent de l’automatisation pour identifier les menaces. Il s’agit d’un processus continu qui s’appuie sur les informations les plus récentes sur la surface d’attaque de l’entreprise pour garantir que les applications déployées restent protégées pendant la production.

Voici quelques bonnes pratiques à adopter pour garantir la sécurité de vos applications web :

  • Vérifiez toujours vos politiques et processus
  • Automatisez et intégrez les outils de sécurité
  • Mettez tout à jour dès que possible
  • Toujours inspecter le trafic entrant
  • Chiffrez tout…

Les pirates ciblant désormais plus fréquemment les applications, il est essentiel de garantir que le paysage technologique reste sécurisé ! Les meilleures pratiques de sécurité des applications utilisent différents outils et méthodes à chaque étape du cycle de construction, de test et de publication.

Les failles les plus couramment exploitées

Il existe différentes attaques contre les applications web, allant de la manipulation directe de bases de données à la perturbation du réseau à grande échelle. Les organisations doivent s’assurer que leur approche de sécurité des applications web.

Les attaques sur l’authentification des utilisateurs

L’authentification est le moyen de confirmer l’identité d’un utilisateur en s’assurant qu’il est bien celui qu’il prétend être. De par leur conception, les applications web sont généralement exposées à toute personne associée à Internet. De cette manière, des mécanismes d’authentification puissants sont un élément indispensable de la sécurité efficace des applications web.

Toute imperfection de sécurité produite à la suite d’une erreur de mise en œuvre du mécanisme d’authentification et de gestion de session relève de l’authentification rompue. En termes plus simples, les attaques d’authentification brisée permettent à l’auteur d’accéder ou de contourner le système d’ authentification des utilisateurs d’une application web.

Voici quelques types d’attaques pour exploiter les failles d’authentification :

  • Attaques de l’homme du milieu : permet à un attaquant d’accéder aux données en transit et de se faire passer pour le propriétaire unique du compte. Cette attaque peut être exécutée en interceptant une connexion réseau dédiée. Face à de telles attaques, même les données cryptées sont impuissantes face aux stratégies d’un attaquant, car le coupable peut amener la victime à télécharger un certificat malveillant pour décrypter les données.
  • Credential Stuffing : Un grand nombre d’informations d’identification violées sont automatiquement injectées dans l’application à l’aide de bots jusqu’à ce qu’elles soient potentiellement associées à un compte existant. En conséquence, l’attaquant peut détourner à ses propres fins.
  • Pulvérisation de mot de passe : Dans les attaques par pulvérisation de mot de passe, l’attaquant contourne les contre-mesures de base telles que le verrouillage de compte en « pulvérisant » le même mot de passe sur de nombreux comptes avant de tenter un autre mot de passe.
  • Campagnes d’hameçonnage à grande échelle : Accéder à quelques comptes principaux, en particulier aux comptes administrateur, qui peuvent compromettre l’ensemble de l’application.

La vulnérabilité d’authentification cassée est un problème critique dans le cas où elle prévaut dans une application web. De telles failles peuvent provoquer une attaque importante de l’organisation en termes de violations de données. En règle générale, il est simple pour les attaquants inspirés de se faufiler au motif que même les entreprises disposant d’énormes budgets pour la sécurité négligent souvent ces défauts de sécurité de base. Cela revient à bloquer toutes les fenêtres de votre maison tout en laissant la porte d’entrée complètement ouverte.

Les attaques XSS

Les scripts inter-sites (également appelés XSS) sont une vulnérabilité de sécurité web qui permet à un attaquant de compromettre les interactions que les utilisateurs ont avec une application vulnérable. Il permet à un attaquant de contourner la même politique d’origine, qui est conçue pour séparer les différents sites web les uns des autres. Les vulnérabilités de scripts inter-sites permettent normalement à un attaquant de se faire passer pour un utilisateur victime, d’effectuer toutes les actions que l’utilisateur est capable d’effectuer et d’accéder à toutes les données de l’utilisateur. Si l’utilisateur victime dispose d’un accès privilégié au sein de l’application, l’attaquant peut être en mesure d’obtenir un contrôle total sur toutes les fonctionnalités et données de l’application.

Les scripts inter-sites fonctionnent en manipulant un site web vulnérable afin qu’il renvoie du code JavaScript malveillant aux utilisateurs. Lorsque le code malveillant s’exécute dans le navigateur d’une victime, l’attaquant peut complètement compromettre son interaction avec l’application.

Voici quelques types d’attaques XSS :

  • Reflected XSS : où le script malveillant provient de la requête HTTP actuelle.
  • Stored XSS : où le script malveillant provient de la base de données du site Web.
  • DOM-based XSS : où la vulnérabilité existe dans le code côté client plutôt que dans le code côté serveur.

Les attaques en injection

Les attaques par injection SQL altèrent les requêtes SQL, injectant du code malveillant en exploitant les vulnérabilités des applications. 

Les attaques SQL réussies permettent aux attaquants de modifier les informations de la base de données, d’accéder à des données sensibles, d’exécuter des tâches d’administration sur la base de données et de récupérer des fichiers du système. Dans certains cas, les attaquants peuvent émettre des commandes vers le système d’exploitation de la base de données sous-jacente.

Il existe plusieurs types d’injection SQL, voici quelques variantes courantes.

  • Injection SQL basée sur l’entrée de l’utilisateur : Une attaque par injection SQL de base utilise des entrées utilisateur. Les applications web acceptent les entrées via des formulaires, qui transmettent l’entrée d’un utilisateur à la base de données pour traitement. Si l’application web accepte ces entrées sans les nettoyer, un attaquant peut injecter des instructions SQL via des champs de formulaire et supprimer, copier ou modifier le contenu de la base de données.
  • Injection SQL basée sur des cookies : Une autre approche de l’injection SQL consiste à modifier les cookies pour « empoisonner » les requêtes de la base de données. Les applications web chargent souvent des cookies et utilisent leurs données dans le cadre des opérations de base de données. Un utilisateur malveillant, ou un logiciel malveillant déployé sur l’appareil d’un utilisateur, pourrait modifier les cookies, pour injecter du SQL de manière inattendue dans la base de données principale.
  • Injection SQL basée sur des en-têtes HTTP :Les variables de serveur telles que les en-têtes HTTP peuvent également être utilisées pour l’injection SQL. Si une application web accepte les entrées des en-têtes HTTP, de faux en-têtes contenant du code SQL arbitraire peuvent injecter du code dans la base de données.
  • Injection SQL de second ordre : Ce sont probablement les attaques par injection SQL les plus complexes, car elles peuvent rester inactives pendant une longue période. Une attaque par injection SQL de second ordre fournit des données empoisonnées, qui peuvent être considérées comme bénignes dans un contexte, mais malveillantes dans un autre. Même si les développeurs désinfectent toutes les entrées d’application, ils pourraient toujours être vulnérables à ce type d’attaque. 

Les attaques sur les sessions (empoisonnement des cookies)

Les attaques de piratage de session exploitent une session web valide pour accéder à un réseau ou un système informatique. Le piratage de session est également connu de manière informelle sous le nom de piratage/empoisonnement de cookies.

Plus largement, le terme « empoisonnement par les cookies » est souvent appliqué à toutes les attaques liées aux cookies, même celles qui, à proprement parler, n’impliquent pas la falsification des cookies eux-mêmes. Par exemple, une application web vulnérable peut permettre à un utilisateur malveillant de découvrir les valeurs des cookies ou de définir de nouveaux cookies pour effectuer diverses attaques.

  1. Altération des cookies côté client

Si vous ouvrez le panneau des outils de développement dans votre navigateur web, vous pouvez afficher et modifier manuellement les cookies actuellement définis. Un site web ou une application web vulnérable peut stocker des informations d’état sensibles directement dans les cookies, par exemple, un indicateur pour autoriser l’accès administrateur. Dans ce cas, la modification manuelle des noms et des valeurs des cookies dans le navigateur et le rechargement de la page peuvent suffire pour obtenir des privilèges élevés. À l’ère des frameworks web, il serait difficile de trouver un site de production ou une application où les cookies sont codés manuellement de manière aussi vulnérable, mais théoriquement c’est possible.

  1. Attaques de session basées sur les cookies

Au sens large, l’empoisonnement des cookies peut signifier tout type de manipulation de cookies, ciblant généralement les cookies de session. HTTP est un protocole sans état, les applications utilisent donc des cookies pour conserver les informations de session et d’autres données sur l’ordinateur de l’utilisateur. L’identifiant de session est la donnée la plus précieuse stockée dans les cookies d’application, car il ouvre la voie au piratage de session et aux attaques associées.

Toutes les attaques basées sur les cookies contre les sessions utilisateur ont le même objectif de base : faire croire au serveur web que l’attaquant est l’utilisateur légitime. Voici un rapide récapitulatif :

  • Piratage de session : également appelé détournement de cookie ou détournement latéral, il s’agit d’une attaque au cours de laquelle une session utilisateur est prise en charge par un attaquant alors que l’utilisateur est connecté à un site particulier. L’attaque repose sur la connaissance par l’attaquant du cookie de session en cours.
  • Usurpation de session : similaire au piratage de session, mais effectuée lorsque l’utilisateur n’est pas connecté. Les attaquants utilisent des jetons de session volés ou falsifiés pour lancer une nouvelle session et usurper l’identité de l’utilisateur légitime sans qu’aucune interaction de l’utilisateur ne soit requise.
  • Fixation de session : l’attaquant fournit l’identifiant de session (par exemple, dans un e-mail de phishing) et incite l’utilisateur à se connecter à un site vulnérable à l’aide de cet identifiant. Si le site le permet, l’attaquant peut alors détourner la session de l’utilisateur à l’aide de l’identifiant connu.

Quelle que soit la méthode utilisée, une reprise de session réussie peut avoir des conséquences désastreuses. Selon le site ou l’application ciblé, les attaquants peuvent être en mesure de voler des informations confidentielles sur les utilisateurs, telles que les identifiants de connexion ou les informations personnelles, ou d’effectuer des opérations indésirables, telles que le transfert de fonds ou l’ajout d’un nouveau compte utilisateur pour un accès futur.

Comment éviter d’être pris pour cible ?

Audits, tests de pénétration, etc…

Les tests de sécurité des applications web ou simplement les tests de sécurité sont un processus d’évaluation de votre application web pour détecter les failles de sécurité, les vulnérabilités et les failles afin de prévenir les logiciels malveillants, les violations de données et autres cyberattaques

Un test de sécurité méticuleux révèle tous les points vulnérables cachés de votre application qui risquent d’être exploités par un pirate informatique. Par conséquent, vous ne devez pas négliger les tests de sécurité des applications web si vous souhaitez :

  1. Identifiez les failles et les vulnérabilités de votre application

L’avantage le plus important que vous pouvez retirer d’un test de sécurité approfondi est qu’il découvre toutes les failles de sécurité et les vulnérabilités de votre application. Les tests de sécurité des applications web sont devenus une étape cruciale du cycle de développement d’applications, ce qui rend les développeurs soucieux de la sécurité lors de la création de l’application.

  1. Se conformer aux lois

Pour réglementer la sécurité et la confidentialité des données dans les applications web, des conseils et des conglomérats ont été formés et des lois ont été mises en œuvre. Les tests de sécurité des applications web ont été mandatés pour de nombreuses entreprises (telles que le commerce électronique, la finance, la banque, etc.) afin de protéger les intérêts des utilisateurs. Il est très important pour un propriétaire d’entreprise d’effectuer un test de sécurité d’application web pour son application et ce trop régulièrement afin de se conformer aux lois en vigueur si vous êtes dans une entreprise sérieuse. Les tests de sécurité des applications web ne se limitent pas aux entreprises, mais sont également cruciaux pour les développeurs, qui proposent des applications web à un usage public sur des plates-formes de distribution d’applications ou en tant que SaaS.

  1. Analysez votre sécurité actuelle

Un test de sécurité de l’application web vérifie également vos mesures de sécurité actuelles et détecte les failles dans votre système, telles qu’un pare-feu, des configurations parmi plusieurs autres mesures de sécurité.

  1. Détectez les failles de sécurité et les comportements anormaux

Un autre énorme avantage de la réalisation d’un audit de sécurité est qu’il vous aide à identifier les failles de sécurité ou le comportement des pirates dans votre application. Les tests de sécurité détectent les piratages et les violations en temps voulu, ce qui évite à votre entreprise des conséquences néfastes.

  1. Formulez un plan de sécurité efficace

Les résultats détaillés d’un audit peuvent vous aider à mieux planifier et hiérarchiser les réponses aux risques contre une violation ou un piratage. Il vous aide également à formuler un mécanisme de réponse aux incidents selon les besoins de votre application ou de votre entreprise.

Mettre en place une bonne gestion des risques

Bien que les applications web soient vulnérables de diverses manières aux cyberattaques, il y a de bonnes nouvelles. Les organisations peuvent également tirer parti d’un large éventail de stratégies pour atténuer ces vulnérabilités ou les rendre totalement impossibles.

Voici quelques-unes des meilleures pratiques que votre organisation peut utiliser pour atténuer les vulnérabilités détectées au sein de vos systèmes ou applications web.

  • Pare-feu applicatif web (WAF)

Le premier est un pare-feu d’application web, qui peut servir de première ligne de défense contre tout trafic HTTP malveillant. Considérez les pare-feu d’applications web comme des barrières de filtration pour protéger votre serveur de tout attaquant. Il peut se défendre contre les menaces d’applications web telles que les injections SQL. Ainsi que les scripts intersites et les contrefaçons intersites.

Cependant, les pare-feu ne sont pas infaillibles.

Le maintien d’une bonne protection par pare-feu et la mise à jour régulière des définitions de virus de pare-feu ou de cybermenaces sont l’un des meilleurs moyens d’optimiser leur efficacité et de minimiser le risque pour votre entreprise de subir des attaques évitables.‍

  • Atténuation DDoS

Les stratégies d’atténuation des attaques DDoS impliquent souvent la distribution du trafic malveillant entrant pour empêcher la surcharge des serveurs cibles. Par exemple :

  • Suppression du trafic d’attaque volumétrique à la périphérie des serveurs hébergés
  • Utilisation d’un réseau propriétaire pour acheminer le trafic légitime vers les serveurs cibles sans perte de service
  • Cette méthode peut être avantageuse pour les entreprises qui risquent de perdre des revenus lors d’une attaque DDoS

Les attaques DDoS se font généralement gêner mais sont rarement complètement éliminées. Par conséquent, la pratique de bonnes stratégies de sécurité des applications web, telles que l’inclusion de serveurs de sauvegarde ou l’utilisation de la technologie de réacheminement du trafic du serveur, peut être une bonne idée avant qu’une attaque DDoS n’arrive.

  • Sécurité DNS – Protection DNSSEC

DNS signifie « système de noms de domaine » – considérez-le comme l’adresse principale du serveur de votre organisation ou de votre application web. Parfois, les attaquants peuvent essayer de détourner une requête DNS, en prenant le contrôle d’une requête pour localiser votre serveur ou votre application web à l’aide d’attaques sur le chemin, d’empoisonnement du cache DNS et d’autres méthodes.

La sécurité DNS consiste à tirer parti de la protection DNSSEC. De telles défenses peuvent empêcher vos serveurs d’être trompés par un mauvais acteur en utilisant une sorte de système d’identification infaillible. Votre adresse DNS sera alors relativement à l’abri du piratage, à moins que l’attaquant potentiel n’utilise un autre type de déguisement.

  • Scanners de vulnérabilité web

Les organisations soucieuses de protéger leurs applications web peuvent également envisager d’utiliser un scanner de vulnérabilité web (également parfois appelé scanners de sécurité des applications web). Un scanner de vulnérabilité web est un logiciel qui analyse automatiquement les applications web et divers sites web pour identifier les problèmes de sécurité, tels que les vulnérabilités potentielles à des attaques spécifiques.

Une fois identifiés, les organisations et leurs équipes de sécurité informatique peuvent alors tirer parti de stratégies pour corriger ou résoudre les vulnérabilités et combler tous les trous proverbiaux dans leurs châteaux. Les scanners de vulnérabilité web en boîte noire sont plus souvent utilisés que les scanners en boîte blanche.

Découvrez la différence Boîte noire et Boîte blanche (n’oubliez pas les sous-titres).

En effet, ces scanners web peuvent être utilisés par presque tout le monde, y compris tout membre de votre équipe de sécurité informatique, de votre équipe d’assurance qualité ou même des chefs de projet. En revanche, les scanners de vulnérabilité web en boîte blanche ne peuvent être utilisés que par les développeurs ou ceux qui ont accès au code source du scanner. 

La sécurité dans le cycle de développement

Il est préférable d’inclure les meilleures pratiques de sécurité des applications web lors des phases de conception et de codage. Sinon, vous devrez vous fier à la recherche et à la réparation des ouvertures à des stades ultérieurs ou après la mise en ligne. Un cycle de vie de développement logiciel sécurisé (aussi appelé Software Development LifeCycle) est un cadre qui définit l’ensemble du processus de développement pour créer un produit logiciel tout en intégrant la sécurité à toutes les étapes – de la planification à la conception, au développement, aux tests et au déploiement.

En règle générale, les processus de cycle de vie de développement logiciel sécurisé sont divisés en les étapes suivantes :

  • Phase 1 : Collecte et analyse des besoins

Les exigences de sécurité pour l’application logicielle sont établies au cours de cette étape. Les experts en sécurité analysent les principaux risques de sécurité au sein de l’application, tels que la fonctionnalité, le type d’application d’information utilisée, etc. Il comprend également une évaluation et un audit des risques de sécurité internes pour éviter tout conflit futur.

  • Phase 2 : Conception

Au cours de cette étape, la sécurité est intégrée dans la conception de l’application logicielle. Il y est exposé une modélisation des menaces où il y a principalement quatre étapes : décomposer l’application, catégoriser, hiérarchiser et atténuer les risques de sécurité. Cela permet de prendre des contre-mesures pour faire face aux menaces de sécurité identifiées et répondre aux exigences de sécurité.

  • Phase 3 : Développement

Dans la phase de développement, il faut s’assurer que le code est développé en toute sécurité à l’aide des contrôles de sécurité identifiés lors de la phase de conception. Les organisations organisent également des sessions de formation pour les développeurs afin de mieux comprendre le cycle de vie du développement de logiciels sécurisés et leur permettre d’effectuer des tests unitaires des fonctionnalités de sécurité de l’application. De plus, le code des développeurs est revu pour s’assurer que leur code n’introduit pas de failles de sécurité.

  • Phase 4 : Tests

Une fois que l’application est en phase de test, elle est vérifiée pour s’assurer qu’elle répond aux normes de sécurité et des tests de sécurité approfondis sont effectués, notamment des tests de pénétration, des tests d’intégration, une analyse de code statique supplémentaire, une analyse dynamique, etc.

  • Phase 5 : Déploiement & Maintenance

Dans la phase de déploiement, tous les contrôles de sécurité sont à nouveau vérifiés, revue de code sécurisé (analyse statique), dynamique, configuration, sécurité des conteneurs, etc. et il est enfin déployé. Après cela, des programmes de surveillance et d’atténuation continus sont exécutés pour identifier les vulnérabilités de sécurité dans les applications en cours d’exécution et les résoudre en temps opportun.


En fin de compte, la sécurité des applications web est un élément majeur de la gestion moderne des risques organisationnels. Les applications web sont plus à risque qu’auparavant, il est donc impératif de prendre les mesures nécessaires pour sécuriser les applications web contre les nouvelles menaces. Tirer parti de la technologie et des méthodologies intelligentes peut grandement contribuer à minimiser les effets des cyberattaques les plus dangereuses.

FAQ : 3 questions sur la sécurité des applications web

Que signifie la sécurité des applications web ?

La sécurité des applications web consiste à maintenir de bonnes pratiques de sécurité opérationnelle et à minimiser les points d’entrée pour les pirates ou autres cybercriminels. La sécurité des applications web est importante car elle empêche le vol ou l’exploitation des données des utilisateurs des applications web par des acteurs malveillants.

Sans la sécurité des applications web, les organisations sont vulnérables à une variété de cybercrimes et à de lourdes sanctions imposées par divers gouvernements ou organismes de réglementation. La sécurité des applications web implique de tirer parti de différentes technologies et méthodologies pour assurer une sécurité cohérente, et pas seulement d’ériger un seul bouclier autour du code d’une application web.

Comment sécuriser une application web ?

Les applications web sont principalement sécurisées à l’aide de pare-feu. Les pare-feu peuvent être trouvés dans les versions matérielles et logicielles. Dans tous les cas, ils examinent tout trafic entrant sur votre serveur et tentent de bloquer les attaques ou le code potentiellement malveillant. Ils filtrent des réseaux qui peuvent théoriquement empêcher le code intrusif d’entrer dans une application web.

Cependant, les applications web peuvent également être sécurisées par :

  • Collecte d’informations, par exemple à l’aide d’un scanner de vulnérabilité web automatisé ou manuellement
  • Utiliser l’autorisation appropriée pour empêcher les gens de trébucher dans les environnements de développement
  • Empêcher les employés de bas niveau de l’organisation d’accéder aux privilèges administratifs
  • Cryptage des données et du trafic
  • Défenses DDoS, qui réduisent le risque de plantage du serveur d’hébergement d’une application web lorsqu’il est bombardé par une attaque soudaine à fort trafic

Pourquoi la sécurité est-elle importante dans les applications Web ?

La sécurité des applications web est importante pour diverses raisons. Pour commencer, les cybercriminels attaquent souvent les applications web plus que les autres cibles numériques car :

  • De nombreuses applications web ont un code source intrinsèquement complexe
  • De nombreuses applications web peuvent rapporter des récompenses de grande valeur si elles sont violées
  • L’exécution d’attaques d’applications web est relativement triviale par rapport à d’autres cybercrimes, d’autant plus que de nombreuses attaques peuvent être automatisées et lancées contre des milliers de cibles différentes en même temps

Les organisations web doivent sécuriser leurs applications pour réduire le risque d’être attaquées et de réussir les attaques inévitables. Si la sécurité des applications web n’est pas prioritaire :

  • Les informations sensibles de l’organisation peuvent être volées
  • Les relations avec les clients peuvent être endommagées
  • Les informations personnelles du client ou de l’utilisateur peuvent être volées et vendues sur le marché noir
  • Les licences d’organisation peuvent être révoquées, en particulier si l’organisation enfreint les protocoles de conformité tels que le RGPD

Nos derniers articles

Créer une Application Web : le guide du projet réussi

Écrit le 13 janvier 2021 par Merwan El Attar

Les applications web sont incontournables. Directement accessibles via internet, elles ne nécessitent pas ...
Conseil et stratégie

Application métier : levier d’une transformation digitale efficace

Écrit le 16 décembre 2020 par Merwan El Attar

L'émergence des applications métiers n'est pas anodine. Dans une ère digitale, comment simplifie t-elle vos ...
Conseil et stratégie

Comment rédiger le cahier des charges de votre application web : Modèle et Ex...

Écrit le 3 février 2021 par Merwan El Attar

Pour n’importe quel projet web, qu’il s’agisse d’un site internet ou d’une application web, la rédaction ...
Conseil et stratégie